Référence

Matte-Landry, A., Rouillier, A.-M., R.-Turgeon, N. et Tarabulsy, G. (2023). Des Communautés pour le Développement des Enfants et leur Santé (CoDES) – Quartiers centraux de Québec : rapport final de recherche.

résumé

Les communautés locales dans lesquelles les enfants grandissent (p. ex. les quartiers) peuvent les exposer à une variété de facteurs de risque et de protection associés à leur développement et à leur santé. De façon générale, les enfants grandissant dans des milieux défavorisés, socialement et économiquement, ont des résultats de santé et de développement inférieurs à ceux grandissant dans des milieux favorisés, bien que ce ne soit pas le cas dans toutes les communautés. Les liens entre les facteurs environnementaux, à l’échelle des communautés locales, et le développement des enfants ont fait l’objet de plusieurs recherches, mais on en sait encore relativement peu sur ces facteurs et sur les mécanismes sous-jacents. S’inspirant de l’étude australienne Kids in Communities Study (KiCS) (Goldfeld et al., 2015) et du projet de recherche montréalais CoDES (Lise Gauvin et Catherine Dea), l’objectif général du projet CoDES — quartiers centraux de Québec était d’identifier et de mieux comprendre les facteurs environnementaux, à l’échelle des communautés locales, susceptibles d’influencer la santé et le développement des jeunes enfants de 0 à 5 ans dans quatre quartiers centraux de la Ville de Québec : Basse-Ville, Duberger–Les Saules, Limoilou et Vanier. Cinq catégories de facteurs environnementaux reconnus comme étant associés au développement et à la santé des jeunes enfants à l’échelle des communautés ont retenu notre attention : 1) l’environnement physique (p. ex. les parcs, le logement), 2) l’environnement social (p. ex. le sentiment d’appartenance, la sécurité), 3) le contexte niveau socio-économique (p. ex. le niveau de défavorisation sociale et matérielle), 4) les services (p. ex. la quantité et la qualité des services et leur accès) et 5) la gouvernance (p. ex. les politiques, la participation des parents).

La section 1 présente la méthode du projet, une méthode mixte permettant de maximiser les forces et de minimiser les faiblesses des approches quantitatives et qualitatives. De plus, la méthode mixte offre une perspective multiple, élargie et approfondie des facteurs environnementaux et des mécanismes sous-jacents associés à la santé et au développement des jeunes enfants. La section 2 décrit le portrait de chacun des quartiers étudiés avec un niveau de détails permettant d’illustrer les spécificités de chacun de ces environnements pour les tout-petits. Le volet quantitatif du projet (section 3) repose sur l’utilisation secondaire de données administratives, d’enquêtes et de surveillance pour comparer les quatre quartiers en ce qui a trait aux facteurs susceptibles d’influencer la santé et le développement des jeunes enfants, menant à constater l’importance du cumul de ces facteurs favorables. Le volet qualitatif (section 4) explore et compare les perspectives de 21 leaders locaux et intervenant·es sur ces mêmes facteurs, nous permettant d’identifier des forces et des défis de chacun des quartiers pour le développement des tout-petits, selon les témoignages des personnes participantes. La section 5 est un exercice de mise en relation des données quantitatives et qualitatives afin de révéler 19 facteurs communautaires fondamentaux (FCF ou « fondational community factors ») qui jettent les bases d’une communauté favorable pour les jeunes enfants (Goldfeld et al., 2015).

Bref, les résultats de ce projet exposés dans ce rapport permettent d’identifier des caractéristiques modifiables de l’environnement urbain associées au développement des jeunes enfants, de mettre en lumière les forces et les défis de chaque quartier et de cibler des pistes d’action afin de créer des environnements favorables à la santé et au développement des tout-petits.

télécharger le rapport

Télécharger


Revenir aux publications