Les voix des enfants et des adolescent.e.s qui vivent en contexte de violence conjugale sont encore trop peu sollicitées en recherche. Cette situation est alimentée par différents défis, dont certains sont liés à la difficulté d’atteindre un équilibre entre le principe éthique de protection du bien-être des jeunes et le principe éthique de justice. Cette présentation aborde deux défis associés à cette tension, défis qui ont été rencontrés durant le processus d’approbation éthique d’une recherche visant à documenter les vécus d’adolescent.e.s vivant en contexte de violence conjugale. Le premier défi réfère à la conceptualisation des jeunes en recherche qui tend trop souvent à les voir d’emblée comme étant vulnérables. Le second défi réfère à une mesure légale d’encadrement qui est appliquée par les comités d’éthique lorsqu’une recherche implique des personnes d’âge mineure, c’est-à-dire, la nécessité d’obtenir le consentement parental pour qu’un.e jeune puisse participer à une recherche. Quelques stratégies qui ont été mises en place dans le cadre de cette recherche pour tenter de faire face à ces défis seront aussi présentées.


Conférencier(s)
Paméla Alvarez-Lizotte