D’après le dernier bilan des DPJ, parmi les signalements retenus concernant des problématiques de mauvais traitements psychologiques, 19% comportent la mention «conflits sévères de séparation». Ces situations familiales génèrent des coûts sociaux importants et mettent une pression énorme sur le système tant social que judiciaire. C’est sur la base de ces préoccupations qu’en 2015, un groupe de travail a réfléchi à un projet visant à mieux arrimer le processus judiciaire et l’intervention sociale. Ce dernier a été finalisé en 2017 et est actuellement en phase d’implantation. Nous présenterons cette approche novatrice qui comporte à la fois un volet judiciaire et un volet psychosocial. De plus, nous ferons le point sur les enjeux auxquels nous sommes confrontés et sur les constats préliminaires observés à la suite de la mise sur pied de projets pilotes dans trois régions du Québec.


Conférencier(s)
Nathaly St-Arnaud
Présentation PowerPoint